La Reine des lectrices, Alan Bennett

Résultat de recherche d'images pour "la reine des lectrices"

Lors d’un de mes stages en bibliothèque, j’avais été attiré par ce petit livre. La couverture m’intriguait et le titre me laissait rêveuse. Un roman qui parle de la Reine d’Angleterre, mais une Reine d’Angleterre très grande lectrice.

Que se passerait-il outre-Manche si, par le plus grand des hasards, Sa Majesté la reine se découvrait une passion pour la lecture ? Si tout d’un coup, plus rien n’arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu’elle en vienne à négliger ses engagements royaux ?

C’est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James les sœurs Bronte, le sulfureux Jean Genet et bien d’autres défilent sous l’œil implacable d’Elizabeth, cependant que le monde empesé et so british de Buckingham Palace s’inquiète : du valet de chambre au prince Philip, d’aucuns grincent les dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessous dessus l’implacable protocole de la maison Windsor.

Ce roman est une très bonne découverte. Je n’en attendais rien de particulier, car je ne savais pas du tout comment l’auteur allait traiter cette histoire.

En découvrant le bibliobus, la Reine emprunte un livre (parce qu’elle s’y sent obligée) qu’elle n’aime pas vraiment et en emprunte un autre qui cette fois, lui plait beaucoup. De cette lecture démarre la passion de la lecture de la Reine, une passion dévorante.

Dans le bibliobus, elle rencontre Norman, un jeune homme qui travaille aux cuisines du palais. La Reine lui fait obtenir une promotion pour qu’il travaille à son étage puis il devient de plus en plus proche de la Reine grâce à son amour de la lecture même s’il se fait assez mal voir par les autres employés du palais et des membres du gouvernement.

La Reine découvre la lecture plaisir et non plus la lecture devoir. Elle pourrait être un peu comme nous dans sa découverte des auteurs, sa façon de se plonger dans ses lectures ou d’avoir toujours un livre avec elle. Sauf qu’elle est la Reine. La lecture prend le pas sur ses obligations, elle arrive régulièrement en retard et commence à moins s’intéresser à ce qu’elle doit accomplir dans la journée.

On suit donc sa redécouverte de la lecture et on découvre la réaction des membres de son gouvernement, pour la plupart toutes assez négatives, comme si la fonction de Reine ne s’accordait pas avec la lecture. On en apprend un peu sur la vie à Buckingham Palace, sur la vie de Reine. J’ai également découvert plein d’auteurs et de titres que je ne connaissais pas encore.

Un point m’a énormément surprise et c’est la grande présence de l’homosexualité dans ce roman. La Reine évoque celle de Jean Genet, Norman aime lire les romans écrits par des auteurs gays que la Reine tente également de découvrir ainsi que les propos (pas très sympas) de certains membres du gouvernement. Cela m’a surpris, mais ça m’a également bien plu, car je ne m’y attendais vraiment pas du tout.

Et j’ai adoré la fin vraiment géniale. Je ne m’y attendais pas non et être surprit par un roman, c’est vraiment ce qu’il y a de mieux.

Une très bonne fiction que je vous conseille de lire.

Ce contenu a été publié dans Contemporain, Livres, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *