Running Man, Richard Bachman (Stephen King)

N’ayant lu que peu de romans de Stephen King, mais en ayant plusieurs dans ma bibliothèque, je me suis dit qu’il serait peut-être tant d’en faire sortir un. Et j’ai choisi Running Man.

La dictature et les jeux : la Rome antique avait ses gladiateurs… Les États-Unis, en cette année 2025, ont le Libertel, arme suprême du nouveau pouvoir.

Émission vedette de la chaine unique : « La grande traque ». Et le peuple, les yeux rivés sur le petit écran, regarde la mort en direct.

Chômeur comme tant d’autres, Ben Richards s’est engagé dans la compétition. Commence alors le compte à rebours… Pendant trente jours, Ben devra fuir les tueurs lancés à ses trousses. Le jeu n’a pas de règles, tous les coups sont permis. La foule participe, dénonce, s’acharne : la prime est alléchante…

Hallucinante course contre la peur, la délation, la mort. D’autant plus terrifiante que la fiction d’aujourd’hui est peut-être l’histoire de demain…

Je suis entrée très rapidement dans cette histoire passionnante.

Nous suivons Ben Richards, un jeune homme dont les revenus ne lui permettent pas de soigner sa petite fille qui est très malade. Il décide donc d’aller s’inscrire pour participer à une émission de télévision dans laquelle il pourra gagner un peu d’argent comme Le moulin de la fortune ou Nagez avec les crocos. Sauf que Ben est sélectionné pour l’émission la plus dangereuse, mais surtout la plus regardée et la plus lucrative de la chaine, La grande traque. Si Ben tient un mois, il remportera une très grosse somme d’argent, mais s’il est abattu durant le mois, de l’argent, correspondant au temps qu’il aura tenu, sera reversé à sa veuve.

La chasse commence et Ben peut se déplacer où il veut, mais il est traqué par les chasseurs de la chaine, mais également par la foule. Si une personne peut prouver qu’elle a vu Ben, elle reçoit 100 dollars. Mais si son information amène à l’exécution de Ben, elle touche 1000 dollars. De quoi bien motiver un peuple relativement pauvre. Ben, quant à lui, touche 100 dollars de plus s’il parvient à tuer un membre des forces de l’ordre.

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire, Ben ne court pas beaucoup pendant la traque, il reste même souvent au même endroit et parvient même à se faire aider et au fil de la traque, apprend certaines choses sur les conditions de vie dans certains états du pays.

Les chapitres sont sous forme de compte à rebours qui va de 100 à 0, le tout est très bien écrit. Vu que les chapitres sont très courts, il est facile de rester plongé dans l’histoire de Ben et la fin m’a beaucoup plu.

Je ne me suis pas tellement attachée à Ben ni à aucun autre personnage que l’on rencontre dans l’histoire.

Un excellent roman.

Ce contenu a été publié dans Livres, Thriller/Polar, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *